Qu'est-ce que la Bio ?

Des pratiques spécifiques

 

L'Institut national de L'origine et de la qualité (INAO), définit l'agriculture biologique comme un mode de production qui allie les pratiques environnementales optimales, le respect de la biodiversité, la préservation des ressources naturelles et l’assurance d’un niveau élevé de bien-être animal.

Tout au long de la filière, les opérateurs engagés dans le mode de production et de transformation biologique respectent un cahier des charges rigoureux qui privilégie les procédés non polluants, respectueux de l’écosystème et des animaux.

C’est aussi un mode de production qui exclut l’usage des OGM et qui limite le recours aux intrants, en privilégiant l’emploi de ressources naturelles et renouvelables dans le cadre de systèmes agricoles organisés à l’échelle locale, et en restreignant strictement l’utilisation de produits chimiques de synthèse. Cela permet de préserver la qualité des sols, la biodiversité, l’air et de l’eau.

Enfin, l’Agriculture Biologique s’attache également à renforcer ses liens avec l’ensemble de la société : création d’activités et d’emplois, participation à l’aménagement du territoire, préservation et promotion des savoir-faire locaux..

Le réglement

Selon le ministère de l'agriculture et de l'alimentation, les principes de l’agriculture biologique ont été introduits en France après la seconde guerre mondiale. Sa première officialisation remonte à la loi d’orientation agricole (LOA) de 1980 et le terme " agriculture biologique " apparaît en 1991 dans un règlement européen qui reconnaît officiellement ce mode de production.

A l'échelle Européenne, le règlement (CE) n°834/2007 réaffirme les grands principes de l’agriculture biologique : gestion durable de l’agriculture, respect des équilibres naturels et de la biodiversité et promotion des produits de haute qualité dont l’obtention ne nuit ni à l’environnement, ni à la santé humaine, ni à la santé des végétaux, des animaux ou à leur bien-être.

L’agriculteur qui souhaite se convertit doit respecter le cahier des charges, pendant une période de conversion, de 2 à 3 ans, sans déclarer ses produits biologiques.

Un cahier des charges français (CCF) établit les modalités de production des espèces animales, dont les modalités de production ne sont pas prévues par le règlement(CE) n° 889/2008 de la Commission. 

Un guide de lecture pour l'application des règlements a été rédigé par l'INAO et le ministère afin de comprendre les principaux points de la réglementation AB.

Le contrôle et la certification

Les opérateurs en agriculture biologique doivent notifier leur activité auprès de l’Agence Bio chaque année. Le contrôle des conditions de production, de transformation et d’importation est réalisé par des organismes certificateurs, qui sont agréés par l'INAO. Une accréditation délivrée par le Comité Français d’Accréditation (COFRAC) doit précéder l'agrément. 

 

A l’issue du contrôle effectué, un certificat regroupe la liste des produits certifiés est délivré à l’opérateur par l'organisme certificateur et autorise l’utilisation du logo européen (obligatoire) et du logo AB français (facultatif), qui permettent aux consommateurs de reconnaître les produits bio.

Siège social

2 avenue Daniel Brisebois, BP 82256 Auzeville

31322 Castanet-Tolosan Cédex

Tél. O5 61 75 42 84 

Antenne de Montpellier

Maison des agriculteurs B

Mas de Saporta

34 875 LATTES

contact(at)interbio-occitanie.com

DRAAF.jpg

Le site de la Bio

en Occitanie

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now