Programme TETRAE - Occitanie

Présentation du programme

https://www.tetrae.fr/

Le programme de recherche TETRAE, cofinancé par INRAE et plusieurs Régions françaises, vise à stimuler une recherche finalisée et ancrée sur des partenariats pour répondre aux grands enjeux agricoles, alimentaires et environnementaux propres à chacune des régions. TETRAE ancre les projets de recherche dans une perspective de « transition des systèmes » face aux enjeux contemporains de transformation. La particularité du nouveau programme est de répondre aux enjeux régionaux en positionnant la dimension territoriale au cœur des futurs projets. Parallèlement à cette exigence de changement, la volonté de travailler dans des dispositifs partenariaux, d’innovation ouverte, participante, vise à accélérer ces processus de changement.

En détail :

Un ancrage dans les principes de la recherche en partenariat : Partenariat avec les Régions; Co-construction avec les partenaires; Interdisciplinarité et excellence scientifique; Valorisation opérationnelle et impacts de la recherche; Innovation ouverte et living labs; Nexus Agriculture – Alimentation – Environnement

i.      Partenariat avec les Régions

Dans la continuité du programme PSDR, TETRAE met en avant un partenariat étroit avec les Conseils Régionaux. Trois ambitions portent ce partenariat :

  • Renforcer les liens entre les politiques de la recherche d’INRAE et celles des Conseils Régionaux ;
  • Structurer des partenariats scientifiques entre équipes de recherches régionales ;
  • Renforcer les partenariats entre les unités de recherche et l’ensemble des opérateurs de terrain.

ii.      Co-construction avec les partenaires

L’engagement des partenaires de terrain dans les projets de recherche est constitutif de TETRAE. Il correspond à une logique de co-construction dès l’amont du projet lors de la phase de conception et se déploie tout au long de la démarche, aux différentes étapes des activités de recherche et de valorisation. Cette implication des partenaires non scientifiques vise à mieux intégrer les attentes et l’expertise de ces acteurs au projet de recherche, et à favoriser l’appropriation et la diffusion des résultats.

iii.      Interdisciplinarité et excellence scientifique

TETRAE cherche à privilégier une lecture systémique des enjeux régionaux, nécessitant la production de connaissances mobilisant des approches interdisciplinaires. Les projets structurent des activités de recherche combinant les apports méthodologiques et conceptuels de différentes disciplines. Ils favorisent le dialogue entre sciences humaines et sociales, sciences du vivant et de l’ingénieur pour l’analyse des systèmes agricoles et alimentaires durables territorialisés.

Ce programme a pour finalité la production et la diffusion des savoirs répondant aux exigences internationales de qualité académique, inscrivant la recherche au cœur des dynamiques de transition. Les résultats scientifiques doivent constituer des avancées au regard de l’état de l’art sur les thématiques d’INRAE. Les résultats des travaux font l’objet d’une valorisation académique classique à travers les opérations de publication dans les revues scientifiques nationales et internationales, et la contribution aux manifestations organisées dans les différentes communautés savantes.

iv.      Valorisation opérationnelle et impacts de la recherche

En plus de la valorisation scientifique, ces projets intègrent une valorisation opérationnelle fondée aussi bien sur des dispositifs d’appropriation d’outils pour les acteurs que de dispositifs d’enseignement et de formation. Cela constitue une forte spécificité de TETRAE. Ce volet de la démarche vise donc à la fois la production de connaissances et d’outils répondant aux besoins des acteurs des territoires. Il comprend la traduction des résultats de la recherche en savoirs enseignables dans les cursus de formation secondaire, supérieure, et les dispositifs de formation professionnelle. Cette attention particulière accordée à la valorisation opérationnelle se déploie à chacune des phases des projets, et ceci dès la conception et la définition des questions de recherche. Cette démarche intègre une préoccupation en matière d’impact des recherches et des actions de valorisation.

v.      Innovation ouverte et living labs

Ce programme est un dispositif de recherche participative empruntant au modèle organisationnel des Agro Living Labs. Il développe des projets favorisant l’expérimentation et l’innovation ouverte grâce à une participation large du monde socio-économique et de la société civile. Les projets TETRAE sont ainsi co-construits avec les usagers de la chaîne de valeur, jusqu’aux consommateurs et habitants des territoires afin de mieux répondre aux enjeux de transition.

La méthodologie renforce l’implication des acteurs des territoires dans les dispositifs de recherche et l’attention apportée aux impacts des projets du programme. Les démarches de type Agro Living Labs décrivent une grande diversité de configurations. Ainsi, l’ambition n’est pas d’inscrire toutes les démarches dans un modèle unique mais bien de considérer que les formes de partenariat qui structurent les projets seront le résultat de processus en région, rendant compte de la manière dont chercheurs et acteurs des territoires souhaitent s’emparer des enjeux liés au nexus Agriculture-Alimentaire-Environnement.

vi.      Nexus Agriculture – Alimentation – Environnement – Santé

La particularité du programme est de répondre aux enjeux régionaux en positionnant la dimension territoriale au cœur des questions de recherche. Il s’agit d’analyser en quoi cette dimension territoriale peut apporter des réponses adaptées aux enjeux de transition en région.

Ainsi, la démarche vise à intégrer l’influence de la prise en compte du territoire dans les outils, cadres d’analyse, approches méthodologiques, et interprétation des résultats par les chercheurs. L’échelon territorial est le niveau privilégié pour produire des connaissances répondant aux enjeux régionaux vers une transition des systèmes agricoles et alimentaires selon trois dimensions complémentaires :

  • Les interdépendances systémiques du nexus Agriculture – Alimentation – Environnement, qui rendent l’échelle territoriale privilégiée pour la conception de systèmes durables
  • L’organisation des acteurs (privés, collectivités, associations) impliqués dans les initiatives en faveur de la transition à l’échelle des territoires
  • La co-construction de projets avec les parties prenantes, et notamment les citoyens dans une logique de science ouverte, qui s’ancre aussi sur une forte proximité territoriale.

Des thématiques nationales déclinées en région et un calendrier

I. Des thématiques nationales déclinées en région

1. Transition agroécologique dans les territoires

Activité incontournable pour subvenir aux besoins alimentaires des populations, l’agriculture contribue également à la dégradation de l’environnement (climat, biodiversité). Elle peut aussi être un levier puissant pour relever des défis multiples et interdépendants. Tel est l’enjeu de l’agroécologie, dont la mise en œuvre repose d’abord sur une agriculture biodiversifiée aux échelles de la ferme et des territoires. Son développement nécessite une transition dans la mesure où les systèmes actuels sont souvent très spécialisés. Cette transition est complexe à mettre en œuvre car les pratiques permettant de fournir des services à l’agriculture et à la société sont très dépendantes du contexte. C’est pourquoi la transition se conçoit dans les territoires.

 

2. Durabilité des systèmes alimentaires territorialisés

Les régions sont devenues des espaces de redéploiement, de mise en débat, de gouvernance et d’observation des systèmes alimentaires. Qu’il s’agisse de circuits courts, de filières de qualité, de chaines agroindustrielles, de circuits approvisionnant les villes ou les espaces ruraux… les systèmes alimentaires sont en effet questionnés au regard de leurs effets sur le développement durable et la sécurité alimentaire des territoires, mais aussi dans leurs capacités à innover et à coexister à une échelle régionale. La crise de la Covid19 a renforcé les besoins de connaissance et d’évaluation partagées sur ces systèmes alimentaires en intégrant de nouvelles questions sur leur résilience, connectivités et gouvernance entre des échelles locales et régionale.

 

3. Bioéconomie, économie circulaire et transition énergétique

Les territoires doivent aujourd’hui opérer des changements profonds pour répondre de manière conjointe aux enjeux environnementaux, économiques et sociaux. L’économie circulaire et la bioéconomie – entendue comme une valorisation non-alimentaire de la biomasse – apparaissent comme des voies pour soutenir ces transitions. Si la bioéconomie se déclinent déjà concrètement dans les territoires, notamment sous l’impulsion des stratégies européennes, nationales et régionales, des recherches sont nécessaires pour sortir des démarches expérimentales ou de niches. Elles le sont également pour développer une bioéconomie durable, circulaire et ancrée dans les territoires. Les systèmes de productions agricoles et forestiers sont en première ligne pour répondre aux besoins de la bioéconomie. L’utilisation de biomasse comme matière première pour une large gamme de transformation, notamment énergétique, impose de repenser les systèmes industriels.

 

4. Gestion durable des ressources, biodiversité et adaptation des écosystèmes au changement climatique

Les écosystèmes naturels, forestiers et agricoles sont confrontés à des changements globaux (changement climatique, raréfaction des énergies fossiles, etc.), à des chocs (crises sanitaires, occurrence de nouveaux ravageurs, etc.) très difficiles à anticiper et à des aléas (sécheresses, chutes de prix, etc.) mieux connus mais non sans impacts. En parallèle, une partie croissante de la société exprime une demande pour une gestion plus durable des ressources naturelles : air, sol, eau, biodiversité, énergies fossiles. Ces éléments de contexte invitent à reconsidérer les écosystèmes naturels, forestiers et agricoles et leurs modes de gestion. Ainsi, il convient de produire des connaissances et méthodes pour et sur des écosystèmes naturels, forestiers et agricoles résilients aux changements globaux, aux chocs et aux aléas, sobres et efficients dans l’utilisation des ressources naturelles et non renouvelables, favorisant le recyclage et/ou la conservation de ces dernières.

 

5. Dynamiques territoriales

Les dynamiques territoriales sont caractérisées par des mutations structurelles progressives des tissus sociaux et économiques, mais aussi par des moments de rupture qui viennent impacter les modèles dominants et questionner leur résilience. La période actuelle combine ces deux dimensions où s’articulent un mouvement de long terme en faveur de l’urbanisation des populations et des activités, l’exigence de transition des modèles vers davantage de durabilité et circularité, et les effets de crises sanitaires, sociales et économiques susceptibles de marquer en profondeur les territoires mais aussi les opportunités d’innovation. Ces mutations témoignent d’évolution des modèles productifs et de processus d’innovation qui impactent le déploiement spatial des activités et leur ancrage territorial. Les critères d’attractivité des territoires se voient ainsi redéfinis à l’aune des attentes nouvelles et différenciées des populations et des entreprises, contribuant à établir des orientations nouvelles des stratégies de développement des territoires. Ces éléments interrogent également les limites d’un paradigme dominant fondé sur la prévalence du référentiel métropolitain au détriment des spécificités des villes moyennes et petites et des territoires ruraux, et de leurs potentialités pour proposer des modèles complémentaires voire alternatifs à ceux des grandes villes. Au-delà, il s’agit de considérer le renouvellement des interdépendances rural-urbain et de mieux comprendre la nature des dynamiques périurbaines.

 

6. Innovation dans les filières et les territoires en contexte de transition

Les systèmes de production et de consommation sont étroitement liés. La transition agroécologique et nutritionnelle des systèmes agricoles et alimentaires requiert à la fois l’émergence de nouvelles filières et la reconception des filières existantes. Elle pose également la question des formes de coexistence et d’interactions entre les filières dans un territoire. Ceci suppose de s’intéresser aux dispositifs qui favorisent leur émergence et qui accompagnent leur développement et, plus particulièrement, à ces ensembles d’innovations couplées entre différents maillons des filières qui mobilisent à la fois des innovations technologiques, organisationnelles, de produits, de commercialisation, des innovations sociales mais aussi d’innovations dites de « business » visant à créer de nouvelles façons de générer de la valeur ajoutée dans les filières. Elle ouvre de nouveaux fronts de recherche sur les changements à l’œuvre dans les modes de coordination localisés des acteurs et sur le rôle du numérique dans les modes de diffusion des connaissances et des ressources. Elle interroge également les formes d’implication des usagers et la prise en compte de la diversité de leurs contributions et attentes dans les processus d’innovation.

 

7. Évolution des politiques publiques et action collective pour accompagner la transition dans les territoires

L’inscription des politiques publiques dans une perspective d’accompagnement de la transition souligne le besoin de mieux considérer la nature des biens publics et communs en jeu dans les transitions agricoles, alimentaires et environnementales. Elle réclame une articulation accrue au sein des territoires entre les politiques publiques territoriales et sectorielles. Elle appelle à reconsidérer les orientations et outils d’intervention des politiques en matière d’agriculture, d’alimentation et d’environnement, mais aussi sur le plan de l’aménagement et du développement rural.Les formes d’implication des acteurs territoriaux et de la société civile dans la construction et la mise en œuvre des dispositifs d’intervention tendent à se répandre. Elles définissent des combinaisons entre politiques publiques et action collective au sein de dispositifs innovants. De même, le déploiement des stratégies de transition sur les territoires pose la question de l’évolution des relations d’interdépendance entre territoires ruraux et urbains, et des formes d’intervention publique intégrant les enjeux de cohésion aux différentes échelles territoriales.L’accompagnement de ces transitions suppose donc la mise en œuvre de recherches interdisciplinaires permettant de comprendre les mécanismes biologiques, techniques ou sociaux, nécessaires à la production de ces biens communs afin d’analyser les fondements et les effets des divers types de politiques publiques, puis proposer des instruments d’intervention pertinents et efficaces en regard des objectifs de transition.

Chacune des régions a décliné les thématiques nationales en thématiques prioritaires régionales.

 

II. Calendrier

2020 : Consultation des régions via les Centres INRAE : quelles priorités ? quels grands enjeux ?

  • Regroupements des thématiques et avis d’experts
  • Cadrage national de l’appel à projet

2021 : Identification des enjeux régionaux & co-construction des projets

  • Déclinaison régionale de l’appel à projet et appel à manifestation d’intérêt selon les contraintes de chaque région
  • Co-construction des projets finaux

2022 : Dépôt, sélection et démarrage des projetsMars 2022 – soumission de projets

  • Sélection des projets par le Conseil Scientifique national de TETRAE
  • Validation par les Comités de Pilotage régionaux

 Septembre 2022 – Démarrage des projets Début 2023 – Ecole Chercheurs/Partenaires

  • Premier bilan sur le lancement opérationnel des projets et leurs formes d’organisation
  • Réflexion sur la recherche en partenariat et l’innovation ouverte
  • Création d’une culture de l’impact, avancées sur le caractère transformatif de la recherche
  • Echanges inter-projets, construction des transversalités et interconnaissances

Présentation des missions et des membres du Conseil Scientifique

I.      Les missions du Conseil Scientifique

Démarrage du programme : évaluer les projets en vue de leur sélection.

Les critères d’évaluation des projets sont :

  • Positionnement stratégique du projet
  • Qualité scientifique du projet
  • Qualité du consortium scientifique
  • Qualité de la démarche partenariale
  • Qualité de la démarche de valorisation
  • Faisabilité

En cours de programme : assurer un suivi des projets tout au long du programme (basé sur la note annuelle d’avancement des projets) ; conseiller l’équipe d’animation nationale, notamment lors de l’organisation des évènements majeurs (Ecole chercheurs/partenaires, Symposium final…).

Fin de programme : évaluer les projets en fin de programme ; fournir un avis global sur l’ensemble du programme à l’issue des 5 années d’activité

 

II.      Les membres du Conseil Scientifique

Aude RIDIER – Co-Présidente, Economiste, Institut Agro Rennes-Angers

Javier GRACIA-GARZA – Co-Président, Conseiller Scientifique Ottawa (Canada)

Olivier CREVOISIER, Economiste, Université de Neuchâtel (Suisse)

Benoit DEDIEU, Zootechnien, INRAE Clermont Ferrand

Claire DELFOSSE, Géographe, Université de Lyon 2

Michel DURU, Agronome, INRAE Occitanie-Toulouse

Stéphane GUILBERT, Physico-chimiste, Institut Agro Montpellier

Ionel Mugurel JITEA, Economiste, Université des Sciences Agronomiques et de Médecine Vétérinaire Cluj-Napoca (Roumanie)

Blandine LAPERCHE, Economiste, Université du Littoral Côte d’Opale

Romain MELOT, Sociologue, INRAE Paris

Sandrine PETIT, Ecologue, INRAE Dijon

Jean-Louis PEYRAUD, Agronome, INRAE Paris

Damien TALBOT, Sciences de Gestion, Université Clermont Auvergne

Corinne TANGUY, Economiste, AgroSup Dijon

Retrouvez ci-après les axes du programme et les projets et productions qui y sont liés :

Les axes du programme :

Retrouvez prochainement ici les publications et projets liés à cet axe du programme.

Retrouvez prochainement ici les publications et projets liés à cet axe du programme.

Retrouvez prochainement ici les publications et projets liés à cet axe du programme.

Retrouvez prochainement ici les publications et projets liés à cet axe du programme.

Retrouvez prochainement ici les publications et projets liés à cet axe du programme.